SARL ou SAS : quelle forme juridique choisir ?

La SARL et la SAS sont les principales formes de sociétés les plus plébiscitées en France lors d’une création d’entreprise. Toutefois, vous hésitez et n’arrivez pas à choisir la forme juridique de l’entreprise adéquate pour exercer votre activité ? Pour vous aider dans votre choix du statut juridique, voici un comparatif complet des statuts SARL et SAS. SARL et SAS : différences, avantages et inconvénients.

Publié le 14/12/2021

Création d’entreprise : SARL ou SAS ?

Il existe différents statuts juridiques pour créer son entreprise. La première question à se poser est la suivante : entreprise individuelle ou société ? Lorsqu’on crée une société, un créateur d’entreprise se tourne généralement vers la SARL (Société A Responsabilité Limitée), dont la forme unipersonnelle est l’EURL, ou la SAS (Société par Actions Simplifiée), dont la forme unipersonnelle est la SASU.

C’est en matière de gestion, et tout au long de la vie de l’entreprise que les différences se font jour. Pour quel statut faut-il opter ? Plusieurs sujets doivent être balayés pour vous aider à faire le bon choix.

Les formalités de création

Entre SARL ou SAS, il est parfois difficile de faire la différence. En effet, ces deux structures juridiques qui composent une grande partie des créations d’entreprises chaque année possèdent certaines similitudes : pas de capital minimum précis, nombre d’associés minimum… De plus, chaque structure permet une responsabilité limitée au montant des apports.

A l’instar de toute création de société, il sera nécessaire de respecter certaines formalités de création : rédaction des statuts, immatriculation de la société, dépôt du capital social, publication dans un journal d’annonces légales, etc.

Le régime fiscal

Si vous optez pour le statut juridique de SARL ou le statut de SAS, votre entreprise sera soumise par défaut à l’impôt sur les sociétés (IS). Elle pourra également opter pour l’impôt sur le revenu (IR). Vous disposez donc d’une vraie liberté pour définir la fiscalité que vous préférez, mais attention à une limite. Dans le cas d’une SAS, les dividendes ne sont pas considérés comme une rémunération, et sont donc soumis aux prélèvements sociaux, à hauteur de 15,5 % seulement. Cela n’est pas le cas si vous êtes gérant majoritaire de SARL, car les dividendes sont alors considérés comme une rémunération, et sont associés à des cotisations sociales à hauteur de 40 %. Ainsi, si vous souhaitez privilégier les dividendes pour vous rémunérer, le choix de la SAS s’avère plus stratégique.

Le régime social

Le statut social que vous allez avoir en étant dirigeant d’entreprise ne sera pas le même si vous choisissez une SARL ou une SAS. La différence majeure est simple : avec une SAS, le dirigeant est affilié au régime général, tandis qu’avec une SARL, le gérant sera soumis au régime des travailleurs non-salariés (TNS). La protection sera dans le deuxième cas, bien plus faible. Précisons également qu’en matière de couverture sociale, aucun des deux statuts juridiques n’apportent de protection en cas de chômage. Ainsi, pour bénéficier d’une indemnisation par Pôle Emploi, il faut devenir salarié de sa SAS ou de sa SARL.

Les règles de fonctionnement et la souplesse de gestion

Sur le point de la gestion et de la facilité au quotidien, la SAS présente davantage de souplesse que la SARL. En effet, le statut SARL impose un certain formalisme, et notamment la réalisation de documents de manière récurrente. Il est impossible d’y déroger. Tout est pensé pour bien encadrer les associés, mais ce cadre peut parfois sembler pesant notamment lorsque l’entreprise évolue vite et fait entrer en son sein de nouveaux associés. Si votre projet prévoit notamment d’accueillir des investisseurs extérieurs et de nouveaux partenaires, alors le format SAS est à privilégier. Quelle que soit la forme juridique de la société, elle sera soumise à des obligations comptables.

Notre conseil

Les points que nous venons de voir ne constituent qu’une partie des sujets que vous devez évaluer avant de choisir entre SARL ou SAS. Pour faire le bon choix de la forme juridique et créer une entreprise qui corresponde réellement à vos attentes, demandez l’aide d’un expert-comptable. Il peut vous accompagner en amont de la création de votre entreprise, vous guider, vous informer, et ainsi vous éviter certains écueils.